• Les disputes Post Partum

    Un soir à la maison, il fait une douce chaleur d'été indien. La vaisselle est faite, nous avons réussi à payer les impôts. Et depuis l'arrivée du chérubin, la vie est belle voire parfaite, rien ne laisse présager ce qui va suivre :


    Une belle dispute post partum.
    Le truc qui vient sans prévenir, qui rentre de partout …
    Partum comme Patatra.

     

    - Quoi ?
    - Quoi, quoi ?
    - Tu te fous de moi ?
    - Non, c’est toi qui me dis « quoi » alors je te demande « quoi ? ».
    - T’as vu comment tu me regardes ?
    - Ben, je te regarde normalement.
    - Ah ouais, genre c’est moi qui délire…
    - Attends, j’ai rien fait.
    - Justement, c’est bien ça le problème, tu ne fous rien !
    - hein ! Mais je passe mon temps à t’aider.
    - A m’aider ? C’est une blague ! Tu crois que c’est mon job de garder la maison propre, de faire la vaisselle. Tu n’as pas à dire « aider » puisque tu as à faire le ménage au même titre que moi.
    - T’es chiante !
    - En plus !
    - Oui, t’es chiante, casse bonbons !
    - Non mais j’hallucine déjà tu viens et tu me regardes comme « ça », genre il y a un truc qui va pas, après tu fais celui qui n’a rien fait, en plus tu ne fous rien à la maison et pour finir tu me traites d’emmerdeuse. Mais en fait, t’es comme ton père…
    - Laisse mon père où il est, ce n’est pas le propos.
    - T’as qu’à le défendre en plus ! T’es comme lui : de mauvaise fois et si t’es pas content, je m’en tape, gros naze !
    - Mais arrête, je t’aide…
    - Dis pas « je t’aide », c’est pas mon job !
    - Tu sais quoi, finalement je comprends que ton père ait quitté ta mère et là moi aussi, je me rends compte que tu es comme elle.

    Bon, ça finit par des phrases du genre : « Toute façon, je vais dormir dans la chambre d’amis avec mon  bébé parce qu’il est à moi. Au moins lui, il n’a pas ta gueule de con ». « Ben c’est ça casse-toi comme ça je n’aurai pas l’impression de dormir avec ta mère, cette truie. »…

     

    C’est bien ce que je disais, Partum comme Patatra.

     

    Alors un petit conseil mes cocos, en cas de disputes post partum dans votre foyer, fumez un joint le soir en rentrant ou buvez un petit verre cul-sec. Pour les sportifs, inscrivez-vous à des cours de Krav-Maga ou chaussez vos plus belles baskets et allez faire un tour avec quelques distances de sprint. Pour les autres, imaginez votre collègue Francis, celui qui pue des pieds même avec ses chaussures,  faire caca. Sinon, vous pouvez aussi vous calmer avec un Candy Crush comme font certaines personnes et si vous sentez qu’une envie subite d’engueulade vous monte au nez, au lieu de chercher votre conjoint, envoyez une demande groupée de vie à ce jeu débile, vous savez pertinemment que cela va gaver au moins un de vos amis qui après va mettre un écriteau sur son profil genre « merci de ne plus m’inviter à ce jeu, j’en ai marre et je vais vous virer de ma liste d’amis » et là, consécration : vous allez avoir apparaitre cet écriteau sur votre fil d’actualité et d’un coup net, c’est le soulagement et votre envie de chercher quelqu’un va disparaître parce que vous l’aurez trouvé.

     

    La venue d’un petit être et tout ce que cela engendre comme la fatigue, le stress et pression, la baisse du budget, manque de temps nous amène souvent à ne plus supporter l’autre. Même le sel peut-être une source de conflit : mal demandé, mal donné et hop, la cuisine se transforme en un champ de bataille digne d’un péplum.

     

    C’est un mauvais moment à passer, ne remettez pas en cause tout ce vous avez construit ensemble et surtout évitez les phrases assassines que vous regretterez une fois le nuage passait. De mon côté, pour faire passer la pression, je me suis achetée un jeu de fléchettes. J’en fais une heure tous les soirs avec comme cible ma responsable ou d’autres personnes que j’affectionne grandement.

     

    Les disputes Post Partum

     

     

    « Liebster Award et moi...À toi, celle qui pensait que j'étais sa connasse »

  • Commentaires

    2
    Lundi 20 Octobre 2014 à 12:29

    Ca va ça me rassure, j'avoue que je n'aime pas vivre une situation seule.
    Aujourd'hui, cela va mieux.happy

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    1
    lee lee
    Dimanche 19 Octobre 2014 à 15:22

    Je me retrouve tout à fait dans ces lignes...

    Une période d'autant plus difficile que tous ceux qui ont des enfants autour de nous semblent nager dans le bonheur total... l'angoisse...

    Ma grossesse a été difficile (pré ecclampsie, césarienne en urgence, problème de tension à surveiller par la suite)... l'après-accouchemet n'a pas été simple non plus !

    Aujourd'hui cela fait presque 2 ans, et j'ai l'impression de ne sortir la tête de l'eau que depuis peu.

    La dépression pp m'avait rendue complètement barge, à ne voir que les côtés négatifs... lorsqu'on ajoute à cela le manque de sommeil + bébé qui pleure + un conjoint démunit qui ne fait pas ce qu'on attend de lui : ça pète !

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :