• La dictature du Bescherelle.

    Une nouvelle « religion » vient de rentrer dans la liste des mouvements estimés comme sectaires.
    Cette secte nommée communément « Le Bescherellisme ».
    Qu’est-ce que c’est exactement ?
    Pas facile pour moi puisque des fautes d’orthographe j’en fais des grosses comme des toutes petites.


    Et puis j’ai lu un fait divers dans le Gorafi :

    Hier, un homme a été tué par sa compagne.Histoire plus que particulière puisque, Nadège, sa compagne diplômée en lettre aurait battu à mort son conjoint, Bruno, avec un nain de jardin.

    La raison en est simple, elle en avait assez de le reprendre sur ses fautes de français. Sans remords, celle-ci explique lors de sa garde à vue qu’en sortant de la maison Bruno lui aurai dit « Je vais au coiffeur dans la voiture à ma mère » et ce fut la phrase de trop : « Ce n’est quand même pas compliqué d’utiliser un génitif complément de nom exprimant la possession ».

    Lire l'article complet du Gorafi ICI 

     

    Je me suis dit : « il faut que j’en sache plus sur ce mouvement »
    Il fallait infiltrer ce groupe. Pour cela, je me suis mise en condition, pendant trois mois. J’ai lu comme une bible, le Bescherelle et pour compagnon de vie, j’avais un Bled.
    Plus je m’enfermais dans mes lectures et mes exercices, plus les nuls en orthographe me dégoutaient…
    Heureusement que le grand chef dixit mon cerveau me rappelait que c’était pour le taff et que je n’avais rien à voir avec les bescherelliens.
    C’était dur à vivre puisque je me coupais un peu plus du monde mais bon comme le vieux de la vieille, j’avais pas mal roulé ma bosse et des enquêtes sous couverture ça me connaissait.



    Chaque semaine, j’avais un rendez-vous avec Le Cerveau pour savoir si j’étais prête.
    Après trois mois de dictées intensives, ce fut bon pour moi.

    J’ai commencé à discuter avec eux sur le net, vous savez ceux qui traquent la faute sur facebook. Petit à petit, ils m’ont prise pour l’une des leurs.
    Jusqu’au jour où je reçu ce message : « Nous nous réunissons chaque semaine au Temple, pour prier notre Grand Dieu Bescherelle, tu viens avec nous ? ».

    Deux jours plus tard, me voila dans une salle toute petite et sombre.
    Croyez-moi si vous le voulez, mais j’avais peur… Ils me faisaient tous flipper, Ils avaient tous un Bescherelle ouvert sur la tête, des stylos rouges étaient disposaient comme des cierges un peu partout dans la salle, dans le fond, il y avait une femme avec un stylo quatre couleurs dans le cul qui recopiait avec une craie la même phrase sur un tableau noir.
    L’homme près de moi me dit : « on l’a surprise en train de fauter sur facebook ».

     

    D’un coup, sorti de nulle part, ma maitresse de CP, Madame Fionduc.
    - Ah mais il y a une nouvelle.
    - Bonjour
    - Il me semble vous connaitre ?
    - Oui, je suis Brioche.

    - Contente de voir que tu es enfin rentrée dans le troupeau. Mes coups de règles ont eu raison de toi. Il en a fallut du temps. Installe-toi avec les autres, nous allons commencer.

    Tous levèrent les mains vers le grand livre et psalmodièrent pendant une heure, jusqu’à rentrer en transe.

    « La faute c’est tabou, on en viendra tous à bout »

    J’hallucinais totalement, certains ont commencé à se rouler par terre tout en récitant l’alphabet, d’autres se mirent à rire les yeux exorbités en criant « on amène la vache au taureau et on va chez le coiffeur ».
    Madame Fionduc avec son air sadique que je connaissais bien, Arrêta d’un geste tout le monde.
    Silence de mort à vous glacer le sang...
     Elle se dirigea vers la pauvre femme punie et lui assena des coups de règle sur les doigts.
    « Pardon ! Pardon ! Je ne recommencerai plus ! Pardonnez-moi ! Je vous en supplie ! »
    Les adeptes se mirent à crier d’une seule voix : « Bonnet d’âne ! Bonnet d’âne ! »
    Deux personnes arrivèrent tenant en laisse un monstre horrible, il avait des dents énormes.
    La foule devint hystérique : En fait, Bonnet D’Âne était cet affreux monstre.
    Et là, s’en suit une orgie d’horreur. 

      

    Je ne peux pas vous raconter la suite, ce n’est pas possible, je choquerai trop de monde.
    Moi, je me suis enfuie. J’ai ouvert la porte et j’ai couru, couru jusqu’à l’épuisement.
    Impossible de me calmer, j’ai erré dans ma ville toute la nuit.
    Je suis rentrée chez moi, au petit matin.
    Ma fille regarda son père et lui dit : « Oh ! Papa, regarde maman elle a les cheveux tout  blanc ».

    Depuis, j’ai peur de faire des fautes d’orthographe sur facebook, je sais de quoi « ils » sont capables.
    Quand je raconte cette histoire, je vois bien que personne ne me croit.
    Même mon cerveau qui était avec moi ce jour là me traite de folle, il a complètement enfoui cet atroce souvenir au plus profond de lui-même.

     

    La dictature du bescherelle.

     

    « Le stéréotypes...Ben quoi, c'est pas une maladie. »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    9
    Mardi 12 Août 2014 à 21:59

    Super, c'était la faute qui me manquait .... Merci !!!

    8
    eto401
    Mardi 12 Août 2014 à 21:19

    Super !

    "l'affreux montre" n'était pas une fot d'ortograf, seulement une erreur de frappe.

    7
    Lundi 11 Août 2014 à 20:03

    Haha trop drôle cet article!

    6
    Dimanche 10 Août 2014 à 15:32

    Mince : *ceux...

     

    5
    Dimanche 10 Août 2014 à 15:18

    Tu peux me les citer...

    rassure-toi, ça ne me dérange pas d'être reprise sur mes fautes et c'est bien normal. C'est juste un clin d'œil pour ce qui agressent sur le net ...

    4
    Dimanche 10 Août 2014 à 14:56

    Aaaahhhh !!

    Mon Dieuuuuu !!

    J'ai trouvé au moins 7 erreurs d'orthographe dans ton texte, que dis-je, 7 fautes impardonnables et hautement punissables... Ferais-je moi aussi partie de cette secte sans le savoir ? :)

    3
    Dimanche 10 Août 2014 à 14:38

    Mince !!!! Saperlipopette de saperlipopete ... Je corrige ça tout de suite.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Dimanche 10 Août 2014 à 14:32

    " La faute c'est tabou, on en viendra tous à bout" et non « La faute c’est tabou, on n’en viendra tous à bout » sinon ça veut dire qu'on n'en viendra PAS à bout! Et ça c'est une idée absolument intolérable! :p 


    Super article! Tu es douée pour écrire! 

    1
    Samedi 9 Août 2014 à 00:54
    Fred UneSourisBleue
    Heureuse que tu t'en sois sortie ... tu as pris un grand risque en t'infiltrant bravo ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :