• Après une grossesse épuisante tant physiquement que psychologiquement, un petit nouveau a rejoint notre famille.
    Dans un article précédent (lire ici), je vous faisais part de certaines angoisses.

    Alors, à qui ressemble ce petit bout de chou ?
    - 40 % à son frère,
    - 30 % à moi,
    - 20 % à sa sœur,
    - Et enfin, 10 % à son père

    J’espère qu’il aura au moins le caractère de son père, affaire à suivre.

    L’accouchement et la péridurale
    C’est simple, je suis tombée sur une super équipe et j’ai vécu un super accouchement sans douleur.
    Pour les deux premiers, j’ai eu droit à un travail digne d’un film :
    « Poussez ! Poussez ! Encore, oui, c’est ça. Stop ! On bloque, maintenant respirez, reposez-vous jusqu’à la prochaine contraction, respirez. Allez, on pousse, on pousse !!! »
    Avec le doux et tendre papa qui passe du vert au violet toutes les trois secondes, fou d’amour pour sa femme et heureux :
    - Tu es la plus forte, je t’aime tant…
    - Ho ! Mais tais-toi, je ne te supporte plus !!! J’ai mal, j’en ai marre !!! Ne me touche pas !!!
    Beaucoup de personnes ont dû voir le même film, je sens quelques sourires au moment de cette lecture.

    Pour celui-ci, rien à voir :
    - Je sens le bébé, je pousse ?
    - Non, attendez.
    - Oui mais il est vraiment là.
    - Il va venir tout seul.
    - Je pousse quand ?
    - Pas maintenant.
    - Ah.
    - Allez, poussez. Voilà, c’est bon.
    - J’arrête ? Je recommence à la prochaine contraction ?
    - Non.
    En tout et pour tout, je n’ai forcé que trois fois. Le petit est descendu tout seul et franchement, je ne regrette pas du tout.
    Je peux dire que j’ai eu un enfantement plus que parfait.

     

    Sinon, autre délire bien sympa.

    La petite et le pot.
    Depuis le mois de mars, nous avons tout fait pour que la petite de deux ans devienne propre. Impossible, je l’ai tellement saoulé avec ça que je l’avais limite traumatisée. Elle ne voulait plus qu’on lui enlève sa couche sale.
    Au bout, d’un moment et en parlant avec les femmes de la crèche, nous en étions arrivé à la conclusion qu’elle avait encore un an pour devenir propre et qu’il fallait la laisser y venir en douceur.
    Un jour, alors que je changeais son petit frère, je lui ai proposé de venir voir comment je faisais.
    Elle a totalement bloqué sur le « cucul » sale de son frère. J’en ai profité pour lui dire que c’était comme ça aussi pour elle et que c’était pour cela qu’il fallait qu’elle fasse dans le pot.
    Je ne sais pas si elle a eu un déclic en voyant « l’horreur ».
    Je ne le saurai jamais mais depuis ce jour-là, ma puce ne fait plus dans sa couche.

    Question boulot
    Quelques petits défauts au niveau logistique dus à la fatigue et au manque de temps mais je rassure tout le monde, je compte la fin en jours et non plus en semaines.

     

    Pour finir, je veux un quatrième bébé… Et en plus, j’ai quasiment perdu mon ventre.

    Alors, bonne rentée à tous et toutes et en avant.

    Je suis une star mais personne ne le sait...

     

     


    votre commentaire
  • Chers lecteurs,

     

    Comme vous le savez, je publie en moyenne une fois par semaine, aujourd’hui je vais vous parler du processus avant la publication du mercredi.

    Il faut savoir aussi que je n’ai pas de limite, je prends mon inspiration un peu partout, en fonction de mes humeurs, de mes envies.

     

    Tout commence juste après avoir publié mon article.

    Une fois le texte mis en ligne, ma première pensée est : « Ça c’est fait, quel sera le thème de la semaine prochaine ? »

    Après cette question, je me vide totalement le cerveau.

    Je regarde les mouches voler.

    Appelle des amis ou ma sœur ou mon autre sœur.

    Il m’arrive même de revoir pour la trentième fois le même film.

    Une fois que je ne pense plus à rien, je relance ma mécanique intellectuelle : mon cerveau.

    Le problème est que quand je le mets sur pose, il a tendance à bouder mais en général, cela ne dure pas longtemps.

    Mon esprit en éveil, je ne cherche pas mais j’attends que la source vienne à moi.

    Quand je sens qu’une idée arrive, je la note dans mon cahier et vois si j’arrive à la développer.

    Si j’enchaine un paragraphe d’un coup et que tout fil comme il faut, je la garde.

    Si je n’avance pas dessus, je la note et passe à autre chose avec toujours le même protocole :

    Vidange du cerveau, attente du néant et re-mode réflexion…

    En général, cela dure cinq jours.

    La veille de la publication, mon texte est brouillonné dans mon cahier et le lendemain c’est le jour de l’écriture.

     

    Ça commence le matin.

    Je me lève et je te bouscule,

    Tu ne te réveilles pas.

    Comme d’habitude.

    - Ouhou, cerveau chéri, je suis là…

    - Oups, une chanson entendue la veille. On reprend.

     

     

    Alors, ça commence le matin.

    Je me lève et me gratte … la tête, je descends boire mon café.

    La maison est vide et une drôle de discussion s’entame entre mon cerveau et moi.

    Nous faisons un débrief des thèmes évoqués dans la semaine.

    Cela dure une bonne heure qui finit souvent en chamaillerie parce que ma chère tête ne veut en faire qu’à elle-même et tout diriger.

    C’est le temps pour moi de prendre ma douche, histoire de calmer mon esprit.

    C’est le moment aussi où nous déterminons le sujet final.

    Donc après cette douche, c’est l’écriture.

    Attention, il faut qu’on soit synchro.

    Ben oui, je ne peux boire un autre café pendant qu’il me dicte le texte et lui ne peut pas fredonner une chanson pendant que j’écris, vous avez vu ce que ca donne plus haut avec Cloclo.

     

    En gros, de l’inspiration à l’écriture c’est à peu près comme ça que ça se passe. Il m’arrive aussi de changer à la dernière minute tout mon texte soit parce que celui que j’entame ne me plait plus, soit j’entends ou pense à autre chose qui me semble plus en adéquation avec le moment.

     

    Vous savez tout.

    L’important c’est d’aimer ce que l’on fait, d’y croire et plus que tout laisser son esprit divaguer.

     

    Cet article participe à l’événement inter-blogueurs :

    " Comment je trouve l'inspiration pour mon blog "

    organisé par Mia de Trucs de Blogueuse.

    Si vous aimez mon article, cliquez sur ce lien.

    C'est un concours, pas besoin de s'inscrire ou d'adhérer pour voter juste un clic pour comptabiliser les votes.


     

    Cooment je trouve l'inspiration pour mon blog.

     


    2 commentaires
  • Une nouvelle « religion » vient de rentrer dans la liste des mouvements estimés comme sectaires.
    Cette secte nommée communément « Le Bescherellisme ».
    Qu’est-ce que c’est exactement ?
    Pas facile pour moi puisque des fautes d’orthographe j’en fais des grosses comme des toutes petites.


    Et puis j’ai lu un fait divers dans le Gorafi :

    Hier, un homme a été tué par sa compagne.Histoire plus que particulière puisque, Nadège, sa compagne diplômée en lettre aurait battu à mort son conjoint, Bruno, avec un nain de jardin.

    La raison en est simple, elle en avait assez de le reprendre sur ses fautes de français. Sans remords, celle-ci explique lors de sa garde à vue qu’en sortant de la maison Bruno lui aurai dit « Je vais au coiffeur dans la voiture à ma mère » et ce fut la phrase de trop : « Ce n’est quand même pas compliqué d’utiliser un génitif complément de nom exprimant la possession ».

    Lire l'article complet du Gorafi ICI 

     

    Je me suis dit : « il faut que j’en sache plus sur ce mouvement »
    Il fallait infiltrer ce groupe. Pour cela, je me suis mise en condition, pendant trois mois. J’ai lu comme une bible, le Bescherelle et pour compagnon de vie, j’avais un Bled.
    Plus je m’enfermais dans mes lectures et mes exercices, plus les nuls en orthographe me dégoutaient…
    Heureusement que le grand chef dixit mon cerveau me rappelait que c’était pour le taff et que je n’avais rien à voir avec les bescherelliens.
    C’était dur à vivre puisque je me coupais un peu plus du monde mais bon comme le vieux de la vieille, j’avais pas mal roulé ma bosse et des enquêtes sous couverture ça me connaissait.



    Chaque semaine, j’avais un rendez-vous avec Le Cerveau pour savoir si j’étais prête.
    Après trois mois de dictées intensives, ce fut bon pour moi.

    J’ai commencé à discuter avec eux sur le net, vous savez ceux qui traquent la faute sur facebook. Petit à petit, ils m’ont prise pour l’une des leurs.
    Jusqu’au jour où je reçu ce message : « Nous nous réunissons chaque semaine au Temple, pour prier notre Grand Dieu Bescherelle, tu viens avec nous ? ».

    Deux jours plus tard, me voila dans une salle toute petite et sombre.
    Croyez-moi si vous le voulez, mais j’avais peur… Ils me faisaient tous flipper, Ils avaient tous un Bescherelle ouvert sur la tête, des stylos rouges étaient disposaient comme des cierges un peu partout dans la salle, dans le fond, il y avait une femme avec un stylo quatre couleurs dans le cul qui recopiait avec une craie la même phrase sur un tableau noir.
    L’homme près de moi me dit : « on l’a surprise en train de fauter sur facebook ».

     

    D’un coup, sorti de nulle part, ma maitresse de CP, Madame Fionduc.
    - Ah mais il y a une nouvelle.
    - Bonjour
    - Il me semble vous connaitre ?
    - Oui, je suis Brioche.

    - Contente de voir que tu es enfin rentrée dans le troupeau. Mes coups de règles ont eu raison de toi. Il en a fallut du temps. Installe-toi avec les autres, nous allons commencer.

    Tous levèrent les mains vers le grand livre et psalmodièrent pendant une heure, jusqu’à rentrer en transe.

    « La faute c’est tabou, on en viendra tous à bout »

    J’hallucinais totalement, certains ont commencé à se rouler par terre tout en récitant l’alphabet, d’autres se mirent à rire les yeux exorbités en criant « on amène la vache au taureau et on va chez le coiffeur ».
    Madame Fionduc avec son air sadique que je connaissais bien, Arrêta d’un geste tout le monde.
    Silence de mort à vous glacer le sang...
     Elle se dirigea vers la pauvre femme punie et lui assena des coups de règle sur les doigts.
    « Pardon ! Pardon ! Je ne recommencerai plus ! Pardonnez-moi ! Je vous en supplie ! »
    Les adeptes se mirent à crier d’une seule voix : « Bonnet d’âne ! Bonnet d’âne ! »
    Deux personnes arrivèrent tenant en laisse un monstre horrible, il avait des dents énormes.
    La foule devint hystérique : En fait, Bonnet D’Âne était cet affreux monstre.
    Et là, s’en suit une orgie d’horreur. 

      

    Je ne peux pas vous raconter la suite, ce n’est pas possible, je choquerai trop de monde.
    Moi, je me suis enfuie. J’ai ouvert la porte et j’ai couru, couru jusqu’à l’épuisement.
    Impossible de me calmer, j’ai erré dans ma ville toute la nuit.
    Je suis rentrée chez moi, au petit matin.
    Ma fille regarda son père et lui dit : « Oh ! Papa, regarde maman elle a les cheveux tout  blanc ».

    Depuis, j’ai peur de faire des fautes d’orthographe sur facebook, je sais de quoi « ils » sont capables.
    Quand je raconte cette histoire, je vois bien que personne ne me croit.
    Même mon cerveau qui était avec moi ce jour là me traite de folle, il a complètement enfoui cet atroce souvenir au plus profond de lui-même.

     

    La dictature du bescherelle.

     


    9 commentaires
  • Quinze ans que tu attends ça,
    Quinze ans que tu veux être libre, sortir de ce trou à rat.
    Pour survivre, tu travailles tous les soirs en faisant la plonge dans un restaurant, tu n’as pas de contrat.
    Ta  vie a commencé dans un lieu sordide, tu n’as jamais vraiment eu de chance mais ce n’est pas de ta faute, c’est la faute du hasard.
    Ta famille était pauvre, de génération en génération vous n’avez pas eu la possibilité de vous sortir de là.
    Vos repas étaient simples, vous mangiez ce que vous pouviez, au jour le jour.
    L’eau aussi manquait, le manque d’argent ne vous permettait pas de pourvoir vous laver tous les jours.
    Chaque jour tu en voulais un peu plus au monde.
    Un jour, tu as décidé de t’en sortir en épousant quelqu’un, peu importe les sentiments et les mensonges.
    De toute façon, la vie a été vache avec toi pour ne pas l’être aussi.

    Ta vie a commencé dans les beaux quartiers, les belles banlieues où l’herbe est verte.
    Ton seul souci était d’avoir les plus belles fringues pour aller à l’école, le dernier téléphone…
    Il t’arrivait de faire des caprices parce que tu voulais que ta mère t’emmène au lycée avec la Mercedes et non avec l’Audi.
    Ton espace vital est plus important que la moitié des gens sur terre tout comme ton argent de poche. Pour tes dix-huit ans, tes parents t’ont acheté un appartement en plein centre de paris. Tu y fais des super teufs, c’est la femme de ménage qui nettoie le lendemain.
    Tu as toujours cru au conte de fée, chérir, aimer, épouser quelqu’un était ta quête. 

     

    Aujourd’hui Justine et Mamadou vont s’unir pour la vie.
    L’un avec ses ambitions d’une vie meilleure.
    L’autre avec ses rêves de conte de fée. 

    - Justine, fais attention avec ce genre de personnage. Ils sont perfides, manipulateurs, regardent où ils vivent, ça en dit long sur ce qu’ils sont. N’oublie pas que tu es blanche, ils ne te considéreront jamais.
    - T’inquiète pas maman, je sais ce que je fais.

     - Mamadou, tu es sûr de ce que tu fais. Regarde, ils ne sont pas du même monde que toi. Cette différence se fera ressentir un jour ou l’autre. N’oublie pas que  tu es noir, ils ne te respecteront jamais.
    - Rassure-toi maman, je sais ce que je fais.

     Cinq ans plus tard
    -Allo, maman, les papiers du divorce sont sur ma table. Je ne n’ai rien vu venir, j’ai pourtant tout fait, gâté sa famille, pallié ses manques du passé, j’ai tout mis à nos deux noms, l’appartement, le compte bancaire mais il en fallait toujours plus.
    J’ai passé des nuits entières à l’attendre sans rien dire et à sentir au petit matin, le parfum de quelqu’un d’autre sur son corps. J’ai travaillé deux fois plus pour lui payer ses moindres caprices, je m’occupais de nos deux enfants pour soulager ses fatigues injustifiées.
    J’ai pansé ses blessures sans relâche dès que j’écoutais son passé : « la vie ne m’a pas fait de cadeau », « la vie est injuste, toi tu as tout eu et moi rien »... 

     

    Justine a quitté Mamadou.
    Elle avait tout calculé depuis quinze ans.
    Elle l’avait dit juste avant : elle savait ce qu’elle faisait.
    Elle s’était vengée du hasard.
    Elle vit maintenant dans l’un des plus beaux quartiers de Paris.
    Elle mange à sa faim et prend sa douche tous les matins.

    Et oui c’était tellement plus simple d’imaginer Mamadou comme le méchant manipulateur et Justine, la petite fille qui croyait encore aux contes de fées.
    A aucun moment dans le texte il est écrit qui est qui, vous aviez juste deux prénoms et une histoire.

    Images mentales ancrées, préjugés, stéréotypes...

     
    Étymologie  de stéréotype :
    Stereos : ferme, dur, solide
    Tupos : empreinte, marque

    Définition :
    Il y a plusieurs sens, je vous propose celui de la psychologie sociale, qui est à mon avis, celui qui nous concerne le plus.
    En psychologie sociale, un stéréotype est une représentation caricaturale figée, une idée reçue, une opinion toute faite acceptée et véhiculée sans réflexion, concernant un groupe humain ou une classe sociale.
    Les stéréotypes sont des représentations sociales standardisées qui catégorisent de manière rigide et persistance tel ou tel groupe humain. En proposant une grille de lecture simplificatrice, basée sur des aprioris, ils déforment et appauvrissent la réalité sociale. Le but est de rationaliser la conduite à tenir vis-à-vis du groupe en question. Ce mode de raisonnement permet d'éviter de tenir un discours argumenté et de critiquer ceux que l'on ne connaît pas.

     

    Point de mire... Et stéréotypes

     

    Si cet article vous a plu, vous pouvez aussi le partager


    7 commentaires
  • J’ai pour habitude de mettre en ligne dans un premier temps mes textes sur mon profil et ma page facebook. Une façon de tâter le terrain et de faire des modifications, si besoin.

    Donc aujourd’hui, je vais vous faire part d’une critique faite sur ma page, qui à toute son importance.

    « Je n'ai pas beaucoup cherché, c'est le 2ème lien que j'ai lu, mais ça reprend en gros ce que j'aurai dis après la lecture de ton texte, le fait que ce ne soit pas juste des variations de l'humeur, mais des variations d'humeur "à l'excès", qui amène les personnes atteintes de cette maladie à revenir régulièrement en psychiatrie car c'est une maladie handicapante, pour la vie sociale, professionnelle, familiale...c'est une psychose. Je ne pense pas que ça puisse être une maladie "à la mode", les personnes qui en souffrent aimeraient comme ils disent souvent "avoir une vie normale", et ne le crie pas sur les toits. Mais je suis de ton avis plus généralement sur toutes les patho psy, qui deviennent à la mode dans le sens où le nom des maladies deviennent pour les gens des traits de caractères, au point où quelqu'un de lunatique, ce qui est souvent désagréable, va résumer en disant qu'il est bipolaire, ça passe mieux, c'est plus de sa faute!
    (Je m'emballe, on pourrait rester des heures au téléphone sur ce sujet!)

    Éléonore

    Le lien en question : Trouble bipolaire

    Je tiens à préciser que dans ce billet, je parle du terme et de sa "success stories" non de la maladie.

    °°°

    Ma voisine est une femme très sympa avec qui je peux rigoler, discuter.
    Je la trouve malgré tout bizarre par moment, elle me saute dessus pour me faire la causette et à d’autre moment, elle se cache quand elle me voit, rentre vite chez elle, voire pire, elle feigne de ne pas m’entendre quand je lui dis bonjour.
    Laurent, son mari m’a appris un jour qu’elle était maniaco-dépressive.

    Virginie mon amie de lycée sort avec Adrien. Tout se passe entre eux.Enfin non, puisqu’ils ont rompu la semaine dernière… en même temps comme tous les trois mois.
    Mais je pense que cette fois-ci c’est pour de bon.
    Lors d’une soirée entre filles, Virginie nous a avoué qu’il était cyclothymique style « Jean qui rit, Jean qui pleure ».

    Et puis il y a mon pote Vincent et sa femme Lise.
    Un couple atypique et aware.
    En soirée et uniquement en soirée,
    Vincent est du style a commencé par un verre et finit carrément par boire le seau.
    Alcoolisé, il a une espèce de toute puissance qui le rend incontrôlable, marrant aussi mais pour le suivre il faut aussi boire le seau sinon, ce n’est pas possible.
    Lise, elle est plus dans la fumette de cigarettes rigolotes.
    Le problème est qu’au bout de trois, une espèce de paranoïa l’envahit et elle devient limite agressive.

    Ces quatre personnes  ont un point commun : Elles sont Bipolaires.
    Et oui, un trouble de l’humeur.

    Alors pourquoi ce que l’on appelait avant une chieuse, un emmerdeur, un alcoolique et une droguée (attention ces termes sont purement une caricature et non une critique négative) sont devenus un jour des personnes bipolaires ?

    Ce terme existe depuis les années 1990 et était utilisé qu’entre professionnels.Il faut aussi savoir, que le terme bipolaire attenue la connotation de « maladie » et permet de rendre ces différents troubles compatibles avec une vie sociale normale et de ne pas exclure les personnes atteintes par ses désordres psychologiques.

    De plus, ces troubles du comportement ont fusionné en un parce qu’il se traite aussi de la même façon.
    Effectivement, quelques soit la raison du trouble, le diagnostique reste le même.On distingue deux symptômes qui s’entrechoquent

    - La manie ou l’hypomanie : Sentiment de toute puissance et d’extrême intelligence, euphorie, hyper sociabilité….
    - La dépression : extrême tristesse, culpabilité…

    Mais derrière ce nouveau terme il y a aussi le lobby pharmaceutique.
    Il faut savoir que le « succès » de la bipolarité a commencé quand les formules chimiques des antidépresseurs sont tombées dans le domaine publique ainsi il fallait trouver de nouvelles cibles.
    Quoi de plus simple quand il suffit de simplement poser un diagnostique sur un patient sachant qu’il n’y a aucune possibilité de le vérifier par des tests sanguins, pas de bactéries ou autres…

    Cette version me renvoie inexorablement aux enfants diagnostiqués hyperactifs.
    Beaucoup de parents dans le monde se sont battus pour stopper cette mascarade.
    Certains enfants étaient exclus de leur école sous prétexte qu’ils ne prenaient pas leurs médicaments, d’autres se retrouvaient shootés parce que leurs parents n’en pouvaient plus de leur agitation.
    Au fil du temps nous nous sommes rendu compte que c’était juste un moyen d’enrichir les patrons des super labos et que de filer des médicaments au lieu des bonbecs à nos enfants ne servait à rien, il fallait juste attendre qu’ils s’assagissent d’eux-mêmes.

    Alors ma grande question est-ce que la bipolarité va réellement soigner tous les troubles cités en début de texte ?
    Pour une personne maniaco-dépressive, une personne cyclothymique je pense que oui mais pas une personne qui boit trop ou une personne qui fume trop d'herbe.
    J’ai peur que cela les conforte dans leur addiction et que celle-ci ne les marginalise avec le temps.

    Cela reste mon avis personnel.
    Et si demain un psy vous diagnostique bipolaire, faîtes vous violence et demandez plus de détails.
    Nous avons tous envie d’être un peu bipolaire.
    Moi, la première.
    Je m’explique : les stars alcooliques sont bipolaires, les génies sont aussi bipolaires sans parler des gens « fun » dans les séries populaires qui le sont aussi…
    En plus cela permet aussi d’expliquer en un mot quelques uns de nos sales défauts.
    Finalement ce terme nous associe en quelque sorte à des gens d’exceptions, cela nous donne de la force et une certaine forme de reconnaissance sociale.

    La vie d’une personne bipolaire ne se limite pas de le dire aux potes et de prendre des médicaments, il faut aussi faire un travail de construction ou de reconstruction.

    Encore une fois, cela reste mon avis sur la question, après mon bac en 1998, j’ai fait trois ans de psychologie,  j’ai étudié pas mal de pathologie mais pas celle-ci.
    Je m’interroge beaucoup sur cette nouvelle maladie et j’espère sincèrement que ma réserve ne soit pas fondée.

     

    Cliquez sur l'image pour avoir plus de précisions sur le trouble bipolaire :

    Etre bipolaire.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique