• Pas de vacances, pas de week-end, pas de temps libre... Les préjugés sur les femmes au foyer persistent encore. 

    Voici ce qu'elles entendent au quotient :

     

    - " J'en ai marre de travailler, je voudrais être à ta place "

    - " Et tu vas faire quoi quand ils seront grands ? "

    - " Tu pourrais faire un effort et prendre soin de toi, vu le temps libre que tu as "

    - " En fait, tu es une femme soumisse et totalement dépendante de ton conjoint "

    - " Mère au foyer, c'est le plus beau métier du monde "

    - " Ça va, ce n'est pas trop dur, tu n'as que ça à faire de tes journées "

    - " tu dois connaitre le programme TV par coeur "

    - " Arrête de te plaindre. Faire le ménage et t'occuper de tes enfants, ce n'est pas la fin du monde "

    - " Toi, ton employeur c'est la CAF et pour une augmentation, tu fais un autre enfant ? "

    - " Tu as de la chance, moi aussi je voudrais rester toute la journée à la maison "

     

    Je vous invite à partager cet article 


    votre commentaire
  • Si tu peux te battre pour ta vie sans en vouloir aux hommes

    T’imposer sans penser être leur esclave

    Si tu peux te sentir son égale sans frustration

    Ou, te défendre sans haine

     

    Si tu peux donner la vie sans penser qu’elle t’appartient

    Si tu peux être une origine capable d’accompagner son enfant

    Comme un être libre

    Lui apprendre à affronter son futur

    Sans jamais attendre de dévotion 

     

    Si tu peux être l’amie d’une autre femme

    Sans te comparer à elle

    Si tu peux la respecter comme tu te respectes

    Te savoir différente sans lui en vouloir

     

    Si tu peux aimer toute une nuit sans espérer

    Si tu peux donner sans reprendre

    Être un soutien tendre ou un conseil ferme

    Si tu peux accompagner dans la douleur

    Et vivre sans suspicion 

     

    Si tu peux vivre la vie que tu t’es construite

    Ou la reconstruire pour que d’autres en fassent partie

    Sans leur imposer tes propres envies
    Et ne pas oublier leurs existences

     

    Si tu peux pardonner sans rancune

    Si tu peux avancer sans tout casser

    Si tu peux t’aimer sans haïr

    Si tu peux, alors

    tu seras une Femme, ma fille.

      

    Je vous invite à partager ce texte 


    votre commentaire
  • Il faut savoir qu'avoir trois gosses c'est passer de l'autre côté. Déjà avec un seul c'est compliqué, avec deux l'enjeu est plus complexe mais avec trois, il y a carrément des moments où tu te dis : " mais pourquoi j'en ai fait trois..."

    Rassurez-vous, cette question, je me la pose plus avec le sourire qu'autre chose. Alors voilà je me suis dit : je vais énumérer tout ce que la vie avec trois enfants, engage.

    - Fini les principes. Avant le bonbon était en quelque sorte une récompense ou juste un plaisir maintenant c'est un outil de chantage. Et oui, tu t 'en serviras pour que tes enfants restent calmes voire même pour qu'ils obéissent.

    - Tu auras un nouvel habit de fonction : Gendarme. Mais attention non seulement tu passeras ton temps à les remettre " sur le droit chemin " mais en plus, tu feras des enquêtes pour savoir qui a fait la bêtise ou qui a tapé l'autre en premier.

    - Il t'arrivera de passer directement à la case hurlement sans même prendre le temps de parler... Ce n'est pas bien mais je vous jure qu'après une journée avec trois petits coquins, tu n'as plus de patience.

    - Tu répéteras vingt fois la même chose en deux minutes sans t'en rendre compte.

    - Tu n'auras plus le droit à la parole puisqu'ils te la couperont systématiquement pour différentes raisons comme par exemple le fait qu'ils ont fini de faire caca ( pardon, mais je dois le dire ) ou parce que leur doudou à bobo.

    - Par moments tu iras te cacher dans la cave pour manger un bout de pain ou simplement pour être seule, juste seule.

    - Le ménage c'est simple, tu passeras ton temps à le faire et cela ne changera rien du tout mais alors rien. 

    - Tes temps libres seront leurs temps avec toi et je peux vous dire que par moments c'est un peu dur. En gros plus de week-end, de vacances et encore moins de grasses matinées.

    - La vie de ton couple commencera le soir à 21 heures, si tu as de la chance sinon 22 heures.  Autant dire que tu n'en as plus ou peu.

    - Le matin avant tu te réveillais à 7 h 30 et ben là, le réveil sera à 6 h 10.

    - Ta vie sociale sera les trois minutes devant l'école le matin quand tu les laches et le soir juste avant de les récupérer avec des mamans aussi speed que toi et aucune discussion en profondeur que du condensé. 

    - Le sport... hein c'est quoi ça ? Ah oui je m'en rappelle, avant j'en faisais tout le temps, c'était super sympa. Mais t'as plus le temps.

     

    Et attends, la bonne blague... c'est que franchement un petit quatrième, je ne dis pas non. Et tu sais pourquoi parce que je kiff les enfants, je les aime plus que toutes les contraintes que j'ai citées. J'adore marcher avec eux dans la rue et discuter. J'adore regarder ma fille au réveil avec ses petits yeux encore plein de sommeil, prendre le tout petit dans les bras pour lui dire à quel point je l'aime, et voir mon grand tout simplement grandir et de me dire qu'il sera un jour un homme. 

     

     

    Je vous invite à partager cet article 


    2 commentaires
  •  

    Au mois d'août, une jeune étudiante en BTS diététique m'a demandé de diffuser sur la page de Sacrée Maman un questionnaire sur la Néophobie alimentaire. 

    Voici son compte rendu

     

    Connaissez-vous la néophobie alimentaire ?


    LA NÉOPHOBIE ALIMENTAIRE CHEZ LES ENFANTS

    La néophobie, qu’est ce que c’est ?

    La néophobie alimentaire, aussi nommée sélectivité alimentaire, se définit comme un refus de consommer certains aliments en particulier s’ils sont inconnus à l’enfant. Ce refus provient d’une peur de manger, de découvrir de nouveaux aliments et peut même aller jusqu’à la peur de l’intoxication alimentaire ou de l’étouffement.

    La néophobie alimentaire se développe entre 18 et 6 ans et est particulièrement marquée entre 3 et 4 ans. Cet âge est également marqué par la phase d’affirmation par le « non ». Si pour certains enfants le refus de manger ne consiste qu’en une affirmation contre ses parents, pour d’autres cela relève d’une véritable phobie.

    La néophobie est une étape normale du développement de l’enfant et concerne 75 % d’entre eux.

     

    Connaissez-vous la néophobie alimentaire ?

     

    Comment cela se manifeste t-il ?

    Certains comportements sont significatifs de la néophobie alimentaires, tels que:

    • Trier les aliments mélangés (ex: petits pois carottes)

    • Observer longuement les aliments

    • Grimacer lors du service du plat

    • Mâcher longuement

    • « Jouer » avec les aliments (les retourner avec la fourchette)

    • Refus de l’aliment sans même l’avoir goûté

    • Recracher

    • Pousser l’assiette

    • Refus d’ouvrir la bouche

    • Détourner la tête

    Tout ces comportements sont significatifs, cependant ce n’est pas parce qu’un enfant ce comporte une fois comme cela qu’il s’agit de néophobie. Tout parents a déjà été confronté à un enfant qui refuse de manger mais c’est la récurrence de ces comportements qui confirme que l’enfant est néophobe.

     

     

    Connaissez-vous la néophobie alimentaire ?


    Quels sont les solutions pour y remédier ?

    Différents moyen existent afin de mieux faire accepter l’ingestion d’un nouvel aliment à un enfant. Pour cela quelques conseils sont préconisés pour les parents faisant face à des enfants réticents :

    • Familiariser l’enfant à l’aliment : plus un aliment est étranger à l’enfant et moins celui-ci voudra le consommer. Pour cela il est recommandé de présenter l’aliment plusieurs fois à l’enfant. Il est important de toujours présenter l’aliment sous la même forme le temps que l’enfant l’accepte. En effet, changer la forme de l’aliment (purée de haricot vert ou haricot vert au naturel) peut perturber l’enfant et celui-ci peut même le prendre pour un nouvel aliment, ce qui rendra le processus de familiarisation nul. Généralement un aliment sera accepté au bout de sa cinquième présentation.

    • Donner l’exemple : il est recommandé aux parents de consommer le même aliment que l’enfant. Ainsi, celui-ci aura un sentiment de sécurité en constatant que ses parents restent en bonne santé et trouve l’aliment bon.

    • Faire participer l’enfant : bien souvent l’aide à la réalisation du plat par l’enfant aide à l’acceptation. Celui-ci a pu le manipuler, le transformer, voir les étapes de fabrication et cela constitue en une familiarisation. Si la famille possède un potager l’enfant peut également planter le légume, aller l’arroser régulièrement et le récolter. L’enfant a le sentiment de l’avoir réalisé lui même de sa conception à sa consommation. Pour les parents n’ayant pas de potager il est également possible d’emmener son enfant faire les courses et le laisser choisir le légume qu’il veut consommer.

    • Gratifier l’enfant : encourager l’enfant et reconnaître ses efforts est important, cela le rendra fier de ce qu’il a accomplit et le motivera d’avantage à remanger l’aliment.

     
    Mémoire de deuxième année de BTS diététique d'Amélie Ellaux

    Connaissez-vous la néophobie alimentaire ?


    Je vous invite à partager cet article 


    votre commentaire
  • Salut la compagnie,

    Je vais enfin vous faire découvrir mon site marchand Hector Brioche et Compagnie... Et par la même occasion vous gâter de six mois d'abonnement à My Little Box.

    Il me reste quelques détails à finaliser et je lance ce fameux concours, pour ceux et celles qui veulent savoir en avant première la date du lancement peuvent s'inscrire à ma newsletter sur le bandeau à droite.

    L'idée est simple : trouver une tenue du quotidien (ville/travail) pour Brioche qui ne sait plus comment s'habiller depuis la naissance de son petit denier.

    Pour cela, il faudra écrire un article que vous mettrez sur votre blog avec un lien direct sur mon nouveau blog que je communiquerai au moment voulu.

    Ce lien servira de compteur pour connaitre le ou la gagnante.

    Ce concours sera ouvert à tous ceux qui ont un blog.

     

    Le concours est proche.... Qui veut gagner six mois d'abonnement à My Little Box ?

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique